Code de déontologie "méthode miron"

LE CODE DE DÉONTOLOGIE ET

LA CONDUITE PROFESSIONNELLE À SUIVRE


CHAPITRE 1. Vision et objectif


1.1 Vision et objectif

En tant que conseillers en relation d’aide formés à la « Méthode Miron, nous avons pris l’engagement de faire ce qui est juste et honorable. Nous nous sommes fixés des normes de conduite très élevées et aspirons à satisfaire cette ligne de conduite dans tous les aspects de notre vie, au travail, dans notre vie privée, au service et dans le cadre de l’exercice de notre profession. Le présent Code de déontologie et de conduite professionnelle décrit les attentes que nous nous engageons à respecter avec le plus haut degré de compétence Il présente les idéaux auxquels nous aspirons ainsi que les comportements que nous nous devons d’adopter dans nos rôles de conseillers en relation d’aide.


L’objet du présent Code est de permettre au conseiller en relation de suivre une ligne de conduite qui lui permettra d’accompagner les client(e)s avec les standards les plus élevés. Pour ce faire nous avons mis les règles d’éthique à la hauteur de la profession toute entière ainsi que des comportements qui sont de mise. Nous sommes convaincus que la crédibilité et la réputation de la profession des conseillers en relation d’aide formés à la « Méthode Miron »sauront répondre aux attentes déontologiques et éthiques du plus haut niveau.


Nous croyons que nous pouvons faire progresser notre profession, à la fois individuellement et collectivement, en adoptant et en souscrivant au présent Code de déontologie et de conduite professionnelle. Nous pensons également que le présent Code contribuera à nous permettre de prendre des décisions sages, tout particulièrement face à des situations difficiles où nous pouvons être appelés à remettre en question notre intégrité ou à compromettre nos valeurs.


Nous espérons que le présent Code de déontologie et de conduite professionnelle fera office de catalyseur pour que d’autres puissent suivre ces hauts standards de déontologie et valeurs. Nous espérons par ailleurs que le présent Code permettra de poser les fondations sur lesquelles la « Méthode Miron » pourra à terme être érigée et évoluer.

1.2 Les personnes à qui ce Code s’adresse

Le Code de déontologie et de conduite professionnelle s’adresse :


1.2.1 À toutes les personnes ayant suivi et réussi la formation professionnelle de la « Méthode Miron » ainsi que les stages pratiques et qui continuent avec la formation continue qui sera dispensée dans le futur et qui ont réglé leur cotisation annuelle de membre.


Un répertoire des membres à jour sera affiché sur notre site Internet http://methodemiron.com/conseillers.html

1.3 Structure du Code

Le Code de déontologie et de conduite professionnelle est divisé en deux sections qui contiennent des normes de conduite qui s’alignent sur les quatre valeurs qui furent identifiées comme étant les plus importantes pour maintenir de hauts standards professionnels. Certaines sections de ce Code comportent des commentaires. Les commentaires ne sont pas des parties obligatoires du Code, mais ils fournissent des exemples et d’autres clarifications. À la fin du Code, il y a un glossaire. Le glossaire définit des termes et des phrases utilisés dans le Code.


1.4 Les valeurs sur lesquelles se fonde ce Code

Les actions des conseillers devront refléter les valeurs suivantes: la responsabilité, le respect, l’intégrité et l’honnêteté. Le présent Code met en exergue ces quatre valeurs comme étant sa fondation.


1.5 Conduite obligatoire

Chaque section du Code de déontologie et de conduite professionnelle comprend à la fois des nomes de conduite obligatoires. Les normes décrivent la conduite que nous nous efforçons de maintenir en tant que conseillers formés à la « Méthode Miron ». Bien qu’il ne soit pas facile de mesurer l’adhésion aux normes, l’observation de celles-ci dans notre conduite est une attente que nous entretenons à propos de nous mêmes en tant que professionnels. Ceci n’est pas une option.


Les normes obligatoires fixent des exigences fermes, et dans certains cas, limitent ou interdisent certains comportements du conseiller. Les conseillers qui n’observent pas ces normes de conduite s’exposent à des actions disciplinaires par devant le Comité d’examen déontologique de la « Méthode Miron ».

CHAPITRE 2. RESPONSABILITÉ


2.1 Description de la responsabilité

La responsabilité est notre devoir d’assumer les décisions que nous prenons ou manquons de prendre, les actions que nous entreprenons ou manquons d’entreprendre, et les conséquences qui en résultent.


2.2 Responsabilité:

En tant que conseillers en relation d’aide de la « Méthode Miron » par rapport à la clientèle:


2.2.1 Nous prenons des décisions et nous agissons toujours dans l’intérêt de la personne pour sa sécurité.


2.2.2 Nous n’acceptons que les cas qui correspondent à notre qualification professionnelle et à nos compétences. Dans le cas de personnes pouvant être aidées par un autre professionnel qui augmenterait leurs chances de mieux-être, nous n’hésiterons pas à référer cette personne.


2.2.3 Nous nous engageons à ne jamais donner d’avis médicaux et ne jamais se prononcer sur les recommandations médicales d’un médecin mais plutôt de laisser le client libre de choisir en coopération avec son médecin traitant.


2.2.4 Nous nous engageons à ne jamais encourager un client à stopper ses traitements et/ou sa médication.


2.2.5 Nous acceptons la responsabilité pour tous les problèmes résultant de nos erreurs ou omissions et les conséquences qui en découlent.


2.2.6 Nous nous engageons à respecter le secret professionnel en ne divulguant à qui que se soit des confidences reçues par les clients.


Nous veillons à l’application du présent Code et nous en répondons.


2.3 Responsabilité : Normes obligatoires

En tant que conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron, nos exigences vis-à-vis de nous- mêmes et de nos collègues praticiens sont les suivantes:


Réglementation et contraintes légales


2.3.1 Nous nous informons et assurons l’application des responsabilités qui régissent ce Code de déontologie et de conduite professionnelle qui régissent nos activités professionnelles.


2.3.2 Nous signalons toute conduite contraire à la déontologie au comité de déontologie et de conduite professionnelle de la « Méthode Miron »


Commentaire : Ces dispositions ont plusieurs conséquences. Concrètement, nous ne nous livrons pas à des comportements illégaux, comme entre autres : les abus de toute sorte le vol et la fraude. Par ailleurs, nous ne prenons ni n’abusons d’autrui, ne pratiquons ni la calomnie, ni la diffamation. Ces types de comportements seront sévèrement sanctionnés jusqu’à l’exclusion à vie du membre ainsi que de sa certification.En tant que conseiller en relation d’aide de la « Méthode Miron », nous n’excusons ni n’assistons les autres dans la poursuite de pratiques illégales. Nous signalons tout comportement contraire au Code de déontologie et de conduite professionnelle. Depuis les récents scandales sociaux, bon nombre d’organisations ont adopté des règlements qui révèlent la vérité sur les activités contraires à la loi ou à la déontologie et à la conduite professionnelle.


2.3.3 Nous attirons l’attention des autorités compétentes sur les infractions commises à l’encontre du présent Code pour leurs résolutions.


2.3.4 Nous ne faisons valoir des revendications relatives à la déontologie et à la conduite professionnelle que lorsque celles-ci reposent sur des faits.


Commentaire :Nous nous abstenons également d’accuser les autres d’inconduite déontologique et professionnelle lorsque nous ne sommes pas en possession de tous les faits. Par ailleurs, nous intentons des actions disciplinaires à l’encontre des individus qui sciemment font de fausses déclarations au détriment d’autrui.


2.3.5 Nous intentons des actions disciplinaires à l’encontre de tout individu qui exercerait des représailles contre une personne qui soulève des problèmes de déontologie.


2.3.6 Chaque membre conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron » autorisé à pratiquer avec la « Méthode Miron » est responsable de se procurer une assurance responsabilité professionnelle individuelle. La « Méthode Miron » ne pourra être tenu responsable si le conseiller ne se procure pas cette assurance.

CHAPITRE 3. LE RESPECT


3.1 Description du Respect

Le respect est notre devoir de témoigner une haute considération pour nous-mêmes et pour les autres. Un environnement de respect suscite la confiance, l’assurance et l’excellence dans les interventions en favorisant la coopération avec le domaine médical et pharmaceutique.


3.2 Le respect : Normes programmatiques

En tant que conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron »:


3.2.1 Nous nous informons des normes et coutumes des clients et évitons des comportements susceptibles d’être interprétés comme irrespectueux par les autres.


3.2.2 Nous écoutons les points de vue des clients, cherchant à les comprendre.


3.2.3 Nous nous conduisons en professionnels, même lorsque la réciproque n’est pas vraie.

Commentaire : Une implication de ces dispositions est que nous évitons les bavardages et les remarques négatives susceptibles de ruiner la réputation d’une autre personne.

3.3 Le respect : Normes obligatoires

En tant que conseiller en relation d’aide de la « Méthode Miron »,nos exigences vis-à-vis de nous-mêmes et de nos collègues sont les suivantes:


3.3.1 Nous agissons toujours en toute bonne foi.


3.3.2 Nous n’usons pas du pouvoir que nous confère notre position de conseiller en relation d’aide pour influencer les décisions des clients dans le but d’en tirer un avantage personnel à leurs dépens.


3.3.3 Nous n’agissons pas de manière abusive envers les autres.


3.3.4 Nous respectons l’intégrité physique et morale des clients.

CHAPITRE 4. ÉQUITÉ


4.1 Description de l’équité

L’équité est notre devoir de prendre des décisions et d’agir en toute impartialité et objectivité. Notre conduite doit être exempte de la concurrence d’intérêts personnels, de préjugés et de favoritisme.


4.2 Équité : Normes programmatiques

En tant que conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron »:


4.2.1 Nous faisons preuve de transparence dans nos interventions.


4.2.2 Nous procédons constamment au réexamen de notre impartialité et de notre objectivité, prenant les mesures correctives qui s’imposent.


4.3 Équité : Normes obligatoires

En tant que conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron », nos exigences vis-à-vis de nous-mêmes et de nos collègues sont les suivantes :

Situations de conflit d’intérêt


4.3.1 Nous divulguons de manière proactive et complète tous les faits qui pourraient constituer une infraction au Code de déontologie et de conduite professionnelle.


4.3.2 Lorsque nous réalisons que nous nous trouvons face à un conflit d’intérêt réel ou potentiel, nous faisons preuve de retenue quant à notre participation dans le processus de prise de décision ou à tenter d’influencer de quelque manière le client.


Commentaire : L’on se trouve en présence d’un conflit d’intérêt lorsqu’une situation se présente où l’on est à même d’influencer les décisions du client pour en retirer un quelconque bénéfice.


Favoritisme et discrimination

4.3.3 Nous ne pratiquons pas la discrimination entre autres sur la base du sexe, de la race, de l’âge, de la religion, d’un handicap, de la nationalité ou de l’orientation sexuelle des clients.


4.3.4 Nous appliquons les règles de ce code sans favoritisme ou préjugé.


CHAPITRE 5. HONNÊTETÉ


5.1 Description de l’honnêteté

L’honnêteté est notre devoir de comprendre la vérité et d’agir de manière honnête à la fois dans nos communications et par notre conduite.


5.2 Honnêteté: Normes programmatiques

En tant que conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron »:


5.2.1 Nous cherchons sérieusement à comprendre la vérité.


5.2.2 Nous sommes honnêtes dans nos communications et dans notre conduite.


5.2.3 Nous fournissons toujours des informations exactes.


Commentaire: Ceci implique avoir le courage de dire ce que le client a « besoin d’entendre » et non ce qu’il « veut entendre » même lorsque celles-ci sont susceptibles de provoquer des réactions indésirables. Dans le cas de résultats négatifs, nous évitons de rejeter la responsabilité sur le client. Lorsque les résultats sont positifs, nous évitons de nous prévaloir des accomplissements et progrès du client. Ces dispositions renforcent notre engagement à la fois d’honnêteté et de responsabilité.


5.2.4 Nous ne faisons jamais de promesses laissant entrevoir une guérison physique du client.


5.2.5 Nous nous efforçons de créer un environnement dans lequel le client se sentira en sécurité à l’aise et apte à se confier.


5.3 Honnêteté : Normes obligatoires

En tant que conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron », nos exigences vis-à-vis de nous-mêmes et de nos collègues praticiens sont les suivantes :


5.3.1 Nous n’adoptons ni n’excusons un comportement destiné à tromper les autres, comme par exemple et entre autres, les fausses déclarations, les fausses promesse ou les déclarations trompeuses, les demi-vérités, les informations hors contexte ou les retenues d’information qui, si elles étaient connues, présenteraient nos déclarations comme trompeuses ou incomplètes.


5.3.2 Nous ne nous adonnons pas à des pratiques malhonnêtes avec l’intention d’en tirer profit aux dépens du client.


Commentaire : Les normes programmatiques nous exhortent à être honnêtes. Les demi-vérités et les abus avec l’intention de tromper les clients traduisent un manque total de professionnalisme au même titre que le font les fausses déclarations faites en toute connaissance de cause. Nous établissons notre crédibilité sur la base d’une information complète et précise.



APPENDIX A


A.1 Glossaire

Manière abusive: Conduite qui résulte dans des dommages corporels et/ou moraux ou provoque un intense sentiment de peur, d’humiliation, de manipulation, ou d’exploitation du client.


A.2 Conflit d’intérêt: Une situation qui survient lorsqu’un conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron » se trouve face à une décision ou une action qu’il doit prendre ou engager et qui lui apportera des bénéfices financiers ou moraux et qui en même temps portera préjudice au client envers lequel le conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron » a un devoir de loyauté.


A.3 Devoir de loyauté: La responsabilité du conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron » de constamment voir au meilleur intérêt du client.


Conseiller en relation d’aide à la « Méthode Miron »: Il s’agit d’une personne ayant suivi et réussi avec succès à répondre aux exigences de la « Méthode Miron » qui règle sa cotisation annuelle et est en formation continue de la « Méthode Miron », qui n’est pas présentement sanctionné au niveau déontologique et qui adhère et respecte entièrement en toute liberté ce code de déontologie et de conduite professionnelle est considéré être un membre en règle . La vérification peut être faite sur le site Internet de la « Méthode Miron : http://methodemiron.com/conseillers.html


En aucun cas le membre peut prétendre être un représentant de la « Méthode Miron ».